Archives Mensuelles: septembre 2016

Qui est assez désinformé pour croire à la version officielle du 11 Septembre?

signe-illuminati-lucifer-berlusconiVoilà ce qu’un média le moindrement sérieux devrait poser comme question. Ce n’est pas le cas de Radio-Canada qui titrait sur son site web la veille du 15e anniversaire de ce triste événement : « Qui ne croit pas à la version officielle du 11 Septembre? ». Déjà poser la question par la négative sous-entend de façon évidente que si vous ne croyez pas à une version « officielle », c’est que vous êtes forcément pas mal à côté de la track. Bref, c’était plutôt mal parti comme reportage.

Et ça n’allait pas s’améliorer, la dernière phrase du chapeau se lisant comme suit : « Incursion dans la théorie du complot la plus tenace de notre époque. » Ça y est, l’article n’était même pas commencé qu’on sortait l’artillerie lourde pour bien faire comprendre qu’on allait parler de crack pots. Et pour être bien certain qu’on allait y croiser des illuminé.es, on nous criss un bel œil paranoïaque qui bouge dans un triangle sur fond de page tout en noir, wow !

On sait donc déjà qu’à partir d’ici on aura droit à tout sauf à du journalisme sérieux. Alors pourquoi continuer la lecture ? Peut-être parce que c’est ce que disent les grands médias sur ce genre d’événements historiques, ou plutôt ce qu’ils ne disent pas, qui montre le plus clairement leur duplicité. Et ça fait quand même du bien de la décrier au grand jour cette duplicité, non ? Alors continuons un peu, juste pour le fun d’analyser quelques préjugés bien sentis de notre journaliste. Préjugés qui ne sont qu’au fond que cette « version officielle » intériorisée inconsciemment et qu’il est évidemment incapable de remettre profondément en question. Des plans pour que ça l’amène à se poser d’autres questions, genre où sont passés tous les amérindiens qui peuplaient les États-Unis avant l’arrivée des colons, où pourquoi les États-Unis sont perpétuellement en guerre…

« elle réclame une enquête indépendante, véritable mantra du mouvement pour la vérité sur le 11 Septembre. »

Un mantra… Le choix du mot n’est pas innocent. Ça résonne trop bien avec l’œil dans le triangle. Réclamer le truc de base que toute véritable démocratie aurait dû mettre en place suite au 11 septembre (plutôt que l’enquête interne qui a suivi le nettoyage ultra-rapide du site… « la police qui enquête sur la police », quoi…), c’est donc ici une lubie de hippie à tendance bouddhiste qui répètent la même chose depuis 15 ans sans trop savoir pourquoi. Comme un mantra, n’est-ce pas ?

« Personne dans le mouvement ne dit que le gouvernement est derrière les attaques. On ne le sait pas », dit-elle avec aplomb, affirmant du même souffle qu’il est « fort probable » que des « éléments » au sein du gouvernement américain étaient au courant.

Le passage précédent est un cas d’école de l’usage abusif des guillemets pour faire paraître un peu cave la personne citée. Genre, je mets des guillemets car elle a dit ça, mais entre nous, on s’entend, c’est de la paranoïa irrationnelle. Surtout quand quelqu’un dit quelque chose avec aplomb, et qu’elle affirme du même souffle deux affaires louches entre guillemets ensuite…

L’encadré suivant intitulé « Bref exposé de théories du complot entourant le 11 Septembre. » permet de rappeler l’extrême malhonnêteté intellectuelle entourant l’utilisation de l’expression « théories du complot », en particulier en ce qui concerne le 11 septembre. De deux choses l’une ici. Ou bien on définit un complot comme des communications ou des rencontres secrètes visant à favoriser ses intérêts privés au détriment du bien commun. Si c’est le cas, il faut bien admettre qu’il y a ici des ligues majeures et que ce sont les ultra-riches qui se croisent aux rencontres Bilderberg, par exemple, qui en font partie. Il faudrait rappeler à chaque fois qu’on utilise l’expression « théorie du complot » que ce sont d’abord ces gens-là qui en font, des complots, et que tout le reste n’est que menu fretin. Car, et c’est la deuxième chose, si on est assez abruti soi-même pour prendre au sérieux quelques autres abrutis du far-web qui délirent dans leur sous-sol et les amalgamer à des journalistes sérieuses comme Julie Lévesque par exemple, ben on a un autre estie d’problème…

Revenons à notre torchon radio-canadien (mais pas pour longtemps car je commence déjà à me lasser et j’ai autre chose de mieux à faire…)

Julie Lévesque évoque de nombreuses preuves incriminantes; des arguments qui jouent en boucle depuis des années dans les cercles conspirationnistes.

Des arguments qui jouent en boucle depuis des années dans les cercles conspirationnistes. Aussi bien écrire qu’elle radote et qu’elle a une démence présénile, tant qu’à y être, chose.

répond-elle du tac au tac.

Elle ne réfléchit pas avant de parler, c’est normal, c’est une conspirationniste.

La population n’a pas besoin de connaissances en ingénierie pour constater que le gouvernement « camoufle » des informations, croit celle qui a fait des études universitaires en langues et en sciences sociales.

Ah là, c’est du grand art. Faut avoir œuvré un peu dans le milieu du journalisme pour savoir que l’endroit où tu mets des bouts de CV choisis de ton sujet peut servir autant à le glorifier qu’à le couler. Ici, bien entendu, c’est la deuxième option : comment une fille qui a un background en sciences molles pourrait-elle comprendre quoi que ce soit à ces questions qui impliquent des ingénieurs ? Le fait, justement, que du simple recoupement d’information en provenance de multiples sources officielles permet de voir  toute les incohérences de la version officielle ne change rien à l’affaire et est bien sûr passé sous silence à par notre journaleux.

Je vais m’arrêter ici parce que la bouette radio-canadienne s’étire encore sur de longues pages et que ça se met à invoquer la science en plus. De quelle science parle-t-on alors ? Parce qu’encore ici, faut pas se laisser éblouir par les mots : il y en a de la bonne, et il y en a en masse de la mauvaise aussi ! Mais ça, c’est une autre histoire, comme on dit…

Et puis tiens, si vous voulez un autre son de cloche sur un seul aspect de tout ce merdier, y’a mon alter ego, du temps qu’il écrivait au Couac, qui avait pondu ça :

Nouvelles images vidéos du Pentagone lors de l’attaque du 911. Rien ne s’éclaircit, bien au contraire

Publicités

La bullshit médiatique dont on nous abreuve et les rouages de l’impérialisme que l’on tait

8c744bdf327ba6721fcc005b9651e1b9Comme j’ai parlé de choses tristes ici la dernière fois, je me dois de me resaisir et de parler cette semaine de choses… encore plus tristes ! Mais on va le faire en riant, « une si belle façon de montrer les dents » (comme le disent les Zapartistes), avec ce reportage édifiant de The Onion intitulé simplement Breaking News: Some Bullshit Happening Somewhere. Réussir à absolument rien dire dans un topo de 2 minutes, faut le faire… C’est donc très marrant, mais dans un deuxième temps très troublant aussi car ça ressemble à s’y méprendre à ce qu’on peut voir dans les réseaux « d’information » continue à la tivi (bon, le clip date de 2010, mais ça n’a pas vraiment changé depuis).

Parlant de petits vidéos instructifs, la franchise, la clarté et la lucidité de ce classique d’un « economic hitman » (john Perkins) vaut aussi le détour.

Et tant qu’à y être, un petit dernier pour actualiser le propos et parce que ça va être bientôt le 11 septembre, date historique… du coup d’état au Chili en 1973. Comme l’écrit Michel Seymour :

« On ne déloge plus les présidents démocratiquement élus par l’armée, comme ce fut le cas avec Salvator Allende au Chili. On les déloge par le simulacre démocratique d’un processus de destitution. Honte à la frange mâle et conservatrice entourant le nouveau président du Brésil, Michel Temer. »