La mission des grands médias : formater la pensée d’abord, informer (un peu) ensuite, empêcher de faire des liens toujours

Un ami qui travaille dans le logiciel libre me disait récemment, sourire en coin, qu’un téléphone cellulaire, c’est d’abord un appareil permettant à la NSA de savoir ce que tu penses et où tu te trouves, ensuite un truc avec plein de gadgets pour bien t’accrocher, et accessoirement un outil pour faire des appels téléphoniques.

Un peu de la même façon, je dirais que les grands médias sont d’abord un outil de propagande pour formater la pensée et accessoirement une façon de diffuser quelques informations bien sorties de leur contexte, histoire de s’assurer qu’on fera un minimum de liens qui pourraient nous donner une idée de la « big picture », du système qui maintient arbitrairement l’esclavage salarié pour la majorité et l’oisiveté surpayé pour une minorité.

On en a eu un bel exemple récemment avec la couverture de l’attentat d’Orlando dans la grosse Presse aux Desmarais. Plus précisément avec l’incident montréalais lors d’une cérémonie en mémoire des victimes d’Orlando où Esteban Torres a lancé une boule de papier sur Philippe Couillard. Ce « jeune homme révolté, près de l’extrême gauche montréalaise », comme l’expliquait la même grosse Presse, était aussi, faut-il le rappeler, très impliqué dans la communauté LGBTQ, militant au sein du Pink Block, un groupe de pression anticapitaliste queer et féministe, et pour l’assouplissement des procédures entourant le changement de sexe.

Or quelqu’un a eu la bonne idée de mettre en perspective cet incident mineur avec un autre attentat, meurtrier celui-là, qui eut lieu ici même dans notre beau Québec… Le montage parle de lui-même :

13445310_10154324118354468_4749034892644312898_n

Dans les jours qui ont suivi, voyant un autre article de Radio-Canada intitulé cette fois L’assaillant du premier ministre sera accusé de voies de fait armées, Sophie-Anne Legendre a posé une estie d’bonne question :

« Une boulette de papier, pis le gars est accusé de « voies de fait armées »! On va l’accuser de quoi alors Couillard pour le saccage du système d’éducation, du système de santé et l’autorisation de fracturation hydraulique en Gaspésie/Anticosti? Hein, de quoi, crime contre l’humanité?? »

Parlant de Couillard, ça nous ramène directement à l’histoire des pitbulls (remarquez la transition naturelle…) et à ce succulent texte de Marc-André Cyr intitulé « Les sales bêtes » qui n’est pas sans rappeler feu le Cercle de zoologie Winston-Smith. En voici un extrait :

« Mais les sales bêtes portent désormais le complet cravate. Voyez les châteaux qu’elles habitent. Voyez ce qu’elles font à l’Afrique. Voyez les «veines ouvertes de l’Amérique latine». Voyez la bombe atomique. Voyez le Nicaragua, le Chili et le Guatemala. Voyez ce qu’elles font en Palestine, en Irak et en Afghanistan.

Voyez surtout les monuments élevés à leur mémoire. Voyez Thatcher. Voyez Kennedy. Voyez les médailles d’honneur. Voyez Kissinger. Voyez Netanyahou. Voyez monsieur le boucher, sa photo orne les billets qu’on ne peut dépenser…  Ces sales bêtes nous tiennent en laisse. […]

Il suffit cependant de traiter une sale bête de sale bête pour comprendre pourquoi elle est une sale bête. Lorsqu’elle a peur, elle se met à zigner avec élégance les jupons dépassant des jupes journalistiques. «Le premier ministre agressé». «Le SPVM a dû intervenir». «Nouvelles mesures de sécurité». «Les perturbations nuisent à l’économie». «La population est prise en otage». »

Cela nous ramène cette fois à nos chers grands médiocres et à leurs titres tendancieux quand ce n’est pas simplement mensongers. Des mensonges par omission, bien souvent. Comme « oublier » de parler de terrorisme quand celui-ci est l’œuvre d’un nationaliste d’extrême droite et pas d’un musulman. C’est en effet pas mal ce qui s’est passé dans les grands médias suite à l’assassinat de la politicienne britannique pro-palestinienne Jo Coz le 16 juin dernier, une tragédie qui a fait dire à Juliet Samuel : It’s time to call the killing of Jo Cox what it is: ‘an act of far-Right terrorism’

« Since the shocking murder of Jo Cox, Britain has been trying to process this horrible event. The killing of a serving MP who had so much to contribute to our democracy has triggered a national period of sorrow, sobriety and reflection. […]

The Quilliam Foundation, one of Britain’s foremost anti-extremism think tanks, has been the first major organisation to call this dreadful event by its name: an act of nationalist far-Right terrorism. »

Pour ne pas vous laisser sur cette sombre perspective, une petite devinette pour terminer : savez-vous la différence entre un laquais du grand capital et un chercheur d’un institut progressiste ? Non ? C’est très exactement 877 millions de dollars !

Francis Vailles, dans sa chronique de La Presse, écrit en effet que le gel de la rémunération des médecins permettrait d’éviter la moitié (123M$) des compressions actuelles dans le système de santé. L’IRIS démontre par ailleurs dans une étude récente que si on baissait de 12% la rémunération des médecins pour se rapprocher de la rémunération des médecins ontariens qui a servi longtemps de cible, on épargnerait 1 milliard. Donc, non seulement on éviterait les compressions actuelles, on pourrait commencer à réinvestir pour vrai, précise Guillaume Hébert, de l’IRIS.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s